Du côté des femmes...encore...

Publié le 8 Février 2013

C'est à Clichy sous Bois qu'elles s'installent cette fois-ci pour vous faire entendre leurs voix et je vous invite à venir nombreux et nombreuses, non seulement au vernissage de l'exposition qui est toujours un moment festif, mais pendant toute la durée de cette nouvelle présentation au public qui sera ouverte aux horaires de la bibliothèque jusqu'au 9 mars prochain.

Toutes leurs paroles entrent en résonance avec un aspect ou un autre de nos vies, de notre monde, de nos histoires. Elles nous ouvrent des champs de réflexions et nous transmettent des émotions subtiles et profondes. Elles nous encouragent à résister, à vivre et à aimer en liberté !


Winv-12-fevrier.jpg 


Il ne se passe pas un jour sans que les médias ne nous mettent sous les yeux de mauvais traitements infligés aux femmes parce que femmes, sans que des idées reçues fassent fi des lois égalitaires, sans que le sexisme ou la bêtise ordinaires n'assaillent celles qui sortent du rang, ne se soumettent pas, contestent ou manifestent....

...ce samedi matin 9 février à 9h30, soyons nombreuses devant l'hôpital Tenon à défendre le droit à l'IVG face aux intégristes catholiques qui viennent jeter l'opprobre sur les femmes et les soignants qui le pratiquent. Chaque mois, sous la protection des CRS, ils viennent "prier" dans la rue et faire couler leur fiel sur les femmes qui ne pensent pas comme eux, et en ce moment ils font une surinfection sur le mariage homo sur lequel ils se répandent en insanités...

(cf le reportage de télébocal)

http://vimeo.com/55366866


Faut-il leur rappeler que nous vivons dans une démocratie laïque et que les représentants des religions n'ont pas à peser ou tenter de peser sur nos législateurs afin de leur faire voter des lois adaptées à leurs croyances. Que les catholiques ne souhaitent pas recourir à l'avortement est leur droit le plus strict, mais pas celui de le faire interdire à toutes les femmes ! Combien de siècles devrons-nous encore lutter pour avoir la maîtrise de nos corps sans que des hommes s'en mêlent en se sentant plus légitimes que nous à en décider ?

On ne demande pas non plus aux croyants de consacrer ou de recourir au mariage homosexuel... la loi sur le mariage pour tous fait couler beaucoup d'encre, de salive et de fiel en ce moment, mais elle sera prochainement adoptée comme elle l'a été chez plusieurs de nos voisins européens sans que leur société ne s'écroule. Elle validera le contrat d'une union civile entre deux êtres qui souhaitent la faire publiquement reconnaître en se protégeant mutuellement, quel que soit leur sexe. Le mariage n'est ni naturel ni divin, c'est seulement une institution humaine plutôt récente dans sa forme actuelle, qui doit évoluer avec les sociétés dans lesquelles il est pratiqué.

Si on a pu parler de "libération sexuelle" dans les années 1970 en occident, il y aurait beaucoup à dire pour en faire un état des lieux aujourd'hui. Certes nous disposons de la pilule, de l'avortement et l'homosexualité a été dépénalisée en France en 1981 pendant que l'union libre se développait au détriment du mariage justement... mais tout n'est pas devenu simple et clair quand il s'agit du corps, de ses émotions et sensations. De vieux démons dansent toujours sur les restes d'une morale sexuelle judéo-chrétienne puritaine et hypocrite

Pour y réfléchir je vous recommande la lecture du passionnant livre de l'historienne féministe Yvonne Knibiehler "La sexualité et l'histoire" (Odile Jacob ed) qui vous débarrassera peut-être de quelques idées reçues en vous apportant des connaissances et éclairages nouveaux sur le sujet. Vous pouvez voir également le très beau film de  William Wyler "La rumeur" (The children's hour - 1962), avec Audrey Hepburn et Shirley MacLaine. Partant du mensonge et de la vengeance d'une jeune élève face à ses deux enseignantes, il évoque l'homosexualité féminine avec beaucoup de pudeur et de délicatesse - sans que jamais les corps ne s'étreignent ou se dénudent... mais quand j'ai vu sur la pochette du dvd qu'il était déconseillé aux moins de 16 ans (alors que des enfants y jouent), je me suis dit que c'était un sujet encore assez sulfureux ou tabou dans notre société qui se croit et se clame sexuellement libérée !

Que tout cela ne vous empêche pas de vous lever et de danser joyeusement le 14 février prochain ...

Rédigé par Olympe

Repost 0
Commenter cet article