Femme désirée, femme désirante !

Publié le 9 Juillet 2010

C'est du livre de Danièle Flaumenbaum dont j'emprunte le titre pour mon article que je souhaite vous dire quelques mots aujourd'hui. (Editions Payot 2006)  C'est à tous les titres que je vous recommande sa lecture. Que vous soyez mères, surtout si vous avez des filles, ou que vous soyez fille et que vous vous interrogez sur vos rapports avec votre mère ou/et avec les hommes, cet ouvrage vous ouvrira de nombreuses pistes de réflexion et vous apportera même peut-être quelques clefs pour ouvrir le cagibi où sont enfermés les secrets de familles ou les non-dits sur le corps et la sexualité qui ont jeté leurs ombres sur votre vie de femme ou de mère. S'il apporte nombre d'éclairages sur la transmission féminine familiale (mères et grands-mères...) dans la construction de notre identité sexuelle et de nos rapports aux hommes et à nos enfants, sa lecture peut être tout aussi bénéfique aux hommes qui souhaitent approfondir leur compréhension de ce qui fonde la sexualité féminine et leur échappe parfois, autant que cela nous échappe encore trop souvent à nous mêmes.

Si la libération sexuelle des années 70 a généré l'écriture de nombre d'ouvrages sur le sujet, ils associent rarement avec bonheur les données biologiques au considérations spirituelles et aux analyses psychologiques comme le fait Danièle Flaumenbaum. Gynécologue elle connaît parfaitement le corps féminin, proche du taoïsme et de la philosophie chinoise de l'amour, elle donne de la hauteur  et de nouveaux angles d'approche à ses considérations médicales.

Elle interroge d'abord la façon dont nous aimons les hommes, et il en ressort que c'est assez souvent la façon dont nous aimons nos mères que nous prenons pour modèle pour aimer les hommes, avec toutes les incompréhensions et difficultés qui peuvent en résulter...

 

" Pour que le couple se déploie, se propulse et acquière de la maturité, l'homme et la femme ont besoin de s'apprécier dans la valeur de leurs différences. Mais ce ne sont pas les qualités maternelles de la femme qui mettent en danger le couple, c'est la façon dont elles vont envahir tout l'espace de la vie commune et annihiler la sexualité. Le maternel a besoin d'être dynamisé par le féminin pour rester généreux.

...

En étant heureuse d'être mère et en lui donnant un père heureux de l'être, la mère ouvre à sa fille l'accès à sa future maternité. En se sentant femme et heureuse de l'être dans l'échange et le plaisir sexuel avec l'homme qu'elle aime, la mère permet à sa fille de se doter d'un avenir de femme jouissante et créative dans sa vie sexuelle. "

 

Combien d'entre nous ont eu une mère capable de nous exprimer (pour peu que ce fut le cas) le bonheur (et l'importance) d'une vie sexuelle épanouie ? Elles sont plus nombreuses à nous avoir donné l'image d'une femme dont le corps était au mieux fait pour la maternité - et son bonheur dans le meilleur des cas - ou pour les souffrances liées au corps féminin (règles, grossesse, ménopause et maladies dites " de femmes ")...

L'auteur nous propose de nous pencher sur nos arbres gynécologiques pour analyser et tenter de comprendre les différents symptômes qui nous ont été transmis à notre corps défendant.

En tant que médecin elle associe très fortement la santé psychique à la santé physique et nous rappelle que dans le taoïsme "l'amour est revitalisant et donc thérapeutique si la compénétration des sexes est une rencontre tout à la fois physique, énergétique, émotionnelle et psychique." La santé serait donc dans notre lit plutôt que dans l'armoire à pharmacie, pour peu que nous y soyons deux et y trouvions ensemble " la complétude et le dépassement de soi". Rien à voir donc avec les "recettes minute " proposées par les magazines féminins pour entrer dans le livre des records ou devenir une "bombe sexuelle" capable de mettre à genoux tous les mâles de la plage.

A une époque où l'image de la sexualité offerte aux jeunes est trop souvent consumériste, performative ou pornographique, ce livre aidera peut-être certains parents à trouver les mots pour la replacer au centre de la vie dans sa dimension métaphysique.

"...la majorité des mères et des pères ne répriment plus la sexualité de leurs enfants. Mais ils continuent de négliger l'éducation sexuelle parce qu'ils n'ont toujours pas trouvé les mots pour parler du désir et du plaisir sexuels. Ils leur permettent de devenir des adultes, de choisir un métier et de fonder une famille, mais ils n'en font pas des adultes sexués, responsables de leur vie sentimentale et sexuelle."

 Et ne comptez pas sur les médias ou l'école pour le faire à votre place !

 

Pour terminer, à ceux qui auraient le temps de se pencher sur un autre ouvrage lié aux conditions de vie des femmes dans le monde je recommande le très instructif (et parfois terrifiant) "La moitié du ciel" - enquête sur des femmes extraordinaires qui combattent l'oppression, de Nicholas D. Kristof et Shezryl WuDunn aux éditions des Arènes.

" Pendant 5 ans, ces deux grands reporters américains ont sillonné les campagnes et les taudis d'Asie, d'Afrique et du Moyen-Orient pour nous raconter ce que vivent des millions de femmes au-delà de nos frontières : l'esclavage sexuel, les crimes d'honneur, les mutilations, les viols...." Ils nous démontrent eux aussi, d'une toute autre manière, que la sexualité humaine, au coeur de la vie, repose sur l'éducation, les transmissions familiales et les traditions, et que pour une grande partie des femmes de la planète elle est synonyme de souffrances, de violences et de barbarie... sinon avérées, souvent probables et toujours possibles !

 

Enfin, ma série de portraits se poursuit dans le bonheur de rencontres riches et variées. Bernice a été la 50ème à m'offrir son image et sa voix ! J'y reviendrai.

Rédigé par opium

Repost 0
Commenter cet article