Femmes courages et homme de coeur... femmes qui dansent et femme qui filme !

Publié le 15 Février 2013

Difficile de choisir un titre pour un billet dont l'urgence est née hier en entendant Sur les docks sur France Culture, émission dont je recommande l'écoute à toutes et tous (sur le site de la radio.)

 

http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-la-douleur-44-%C2%AB-reparer-l%E2%80%99excision-%C2%BB-2013-02-14

 

Dans cette émission formidable de générosité et d'espoir, de combats qui se gagnent contre une injustice et une barbarie qui semblaient irréparables et de solidarité entre un homme chirurgien et des femmes mutilées. Alors que Pierre Foldès aurait pu s'enrichir benoîtement en remodelant des seins, des lèvres ou des fesses qui se portaient très bien, il a conçu dans les années 90 une méthode simple et peu couteuse pour réparer l'excision dont sont victimes des centaines de milliers de petites et jeunes filles de par le monde. Il a depuis pratiqué des milliers d'interventions et partagé son expérience avec de nombreux médecins africains. Comme on le comprend bien en écoutant les témoignages de ses patientes, cette monstrueuse mutilation génitale ampute non seulement les femmes de leur vie sexuelle, elle altére aussi plus ou moins gravement leur image d'elle-même et tous les pans de leur vie quotidienne.

Cette pratique terrifiante a été emportée dans les bagages de certains migrants africains et les pays européens abritent maintenant leur lot de femmes mutilées parfois sur leurs territoires même, malgré une loi qui l'interdit. Partout et toujours il faut éduquer encore et encore pour que certaines coutumes archaïques disparaissent. Les 3 jeunes femmes qui témoignent de ce parcours difficile de reconstruction, autant physique que symbolique, rendent particulièrement sensible la connaissance théorique d'une la situation qu'Awa Thiam avait en son temps révélée au monde entier, affrontant les tabous avec son livre "La parole aux négresses" - qui m'avait beaucoup remué dans ma jeunesse et dont la lecture reste d'actualité pour mieux connaître et comprendre les réalités vécues aujourd'hui encore par de nombreuses africaines et les répercussions qu'elles peuvent avoir sur le psychisme des femmes et sur leurs relations avec les hommes.

En direct de la salle d'opération, bravo au preneur de son, nous mesurons en temps réel l'horreur de ce qui a été accompli dans le passé et l'espoir naissant de sa réparation...

 

Avec encore pour sujet les violences faites aux femmes, j'étais à Beaubourg peu de temps après au rassemblement de One billion rising.

Finalement un seul lieu avait été conservé à Paris pour cette manifestation qui était organisée hier dans le monde entier. Quelques centaines de personnes - majoritairement des femmes -s'étaient rassemblées le temps d'un flash mob pour danser et dire non à ces violences banalisées partout.

Certaines féministes émérites renâclaient devant le manque de politisation d'un tel événement et son côté trop "bisounours". Peut-être n'avaient-elles pas entièrement tort et on aurait voulu que les pouvoirs publics et les médias en fassent une réelle promotion, mais il était réconfortant de voir  beaucoup de jeunes filles et jeunes femmes dans le public. On ne peut pas sensibiliser les jeunes à l'action féministe uniquement en leur racontant les horreurs que subissent les femmes partout dans le monde. Se rassembler dans la joie et la bonne humeur pour dire non à ces violences sèmera peut-être des graines de solidarité et de militantisme dont je ne doute pas qu'elle soient nécessaires. Cela aide à comprendre qu'ensemble on est plus fort(e)s et qu'on peut trouver des personnes pour nous écouter et nous aider quand c'est nécessaire. Après avoir passé la journée en Seine-Saint-Denis à travailler à la sensibilisation d'adultes à l'égalité femmes/hommes et avoir entendu 3 récits de meurtres de femmes par leurs maris ou frère "mécontents" de leurs comportements, ce moment joyeux ne m'a pas paru gratuit ! A condition que toutes et tous nous continuions à relayer de toutes les manières possibles le formidable combat d'Eve Ensler et de ses Monologues du vagin qui témoignent puissamment et inlassablement des violences subies par les femmes ici et là-bas.

 vday2.jpg            vday1


Enfin je terminerai en vous  proposant d'aller au cinéma découvrir le film documentaire de Pascale Diez qui sort aujourd'hui. Dans D'une école à l'autre Pascale a suivi la rencontre, autour d'un projet pédagogique visant la création d'un spectacle, de jeunes gens qui n'auraient jamais dû se croiser tant ils vivent dans des milieux différents et des quartiers éloignés. Une très belle initiative à méditer et à poursuivre...

dune-ecole.jpg

Rédigé par Olympe

Repost 0
Commenter cet article