Un air de fête ?

Publié le 27 Décembre 2010

Il y a des jours où l'on aimerait pouvoir (re)plonger - telle Alice - dans le monde de l'enfance. Du moins dans celui des enfants qui rêvent, qui jouent, qui chantent... ceux auxquels on raconte des histoires de monstres pour qu'ils se blottissent dans vos bras en riant pour s'en protéger.... C'est toujours un peu ce que nous vend le marketing de Noël, une belle tranche d'enfance "de rêve" plus où moins sponsorisée...

 

Si j'espère que vous êtes nombreuses et nombreux à voir briller de bonheur les yeux des enfants qui vous entourent, je vous invite aussi à ne pas oublier la grande majorité des enfants qui souffrent, sont meurtris dans leurs chairs,  ceux qui meurent de faim, travaillent ou font la guerre, privés d'école, de soins, d'amour, d'avenir et de liberté...

Et si vous pouvez faire un geste (ou même deux) de partage ou d'engagement en cette fin d'année, je vous invite d'une part à aller soutenir Nasrin Sotoudeh sur le site de la LFDH, et d'autre part à soutenir (financièrement) le travail de Femmes Solidaires en Ethiopie où elles luttent contre l'excision des petites filles en les scolarisant. Il y a sûrement une poignée d'euros dont vous pouvez vous séparer...

En Iran, Nasrin Sotoudeh, avocate et mère de 2 jeunes enfants, a été emprisonnée en septembre dernier pour avoir fait son travail d'avocate et défendu ses clients menacés pour leurs opinions politiques ou leurs luttes pour les droits de l'homme. Au péril de sa vie, elle a entamé une grève de la faim puis de la soif, après avoir été mise à l'isolement. En signant la pétition sur le site de la Ligue internationale des droits de l'homme, vous pouvez soutenir la demande de sa mise en liberté, et je l'espère contribuer à sauver la vie de cette femme qui n'hésite pas à la mettre en péril pour défendre son idéal d'humanité et de démocratie. Un exemple encore du courage des femmes - dont il était question avec Antigone - qui rend nos combats d'occidentales vivant en démocratie beaucoup plus modestes. C'est le courage d'une femme debout qui n'hésite pas à s'opposer frontalement à l'un des régimes les plus tyranniques et les plus machistes qui soient, et non pas celui désespéré d'une femme qui entérine la violence des hommes en pansant les plaies qu'ils ont ouvertes. Le rétablissement de la démocratie en Iran serait le plus grand pas vers la paix que le monde puisse faire en 2011 !


http://www.fidh.org/Liberte-pour-Nasrin

 

  arton8853-71c89.png

 

En Ethiopie, c'est le courage et l'obstination de quelques unes qui va aussi, du moins nous l'espérons, changer l'avenir de milliers de fillettes puis de femmes...

en savoir plus :

http://femmes-solidaires.org/spip.php?rubrique5


Enfin, pour celles et ceux qui voudraient penser un peu l'énorme chantier de transformations des rapports femmes/hommes (et de leurs conséquences) qui s'est ouvert depuis 50/60 ans dans les pays modernes - et auquel s'opposent vigoureusement - et par tous les moyens - les pays les plus attachés à la traditionnelle domination masculine, je vous conseille la lecture du passionnant ouvrage de Serge Hefez, " Dans le coeur des hommes", publié en 2010 chez Fayard dans la collection Pluriel. Il vous permettra peut-être de mieux comprendre ou décrypter les rapports que vous entretenez avec l'autre sexe - que ce soit vos parents, vos enfants, vos amis ou vos amours - que vous soyez une femme ou un homme... Psychiatre et responsable de l'unité de thérapie familiale du service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Serge Hefez analyse les implications (dans le couple et la famille) de l'émancipation des femmes de leurs rôles les plus traditionnels, et comment ces mêmes rôles se redistribuent et se recomposent aussi bien dans le couple que dans la famille ou dans la société, et pourquoi ces mouvements de "tectonique des plaques "créent souvent des séismes même chez ceux qui se croyaient bien arrimés dans la vie... Les hommes doivent encore apprendre à composer avec leur part féminine, et savoir l'exprimer sans peur d'être pris pour " des femmes ". Les femmes aussi doivent recevoir ces changements avec confiance afin que les deux sexes - et la société toute entière - y gagnent dans des relations quotidiennes de mixité harmonieuse et de partage des pouvoirs et des taches et ne s'enlisent pas dans une guerre des sexes ou dans la domination (souvent violente) des hommes sur les femmes... La paix dans le monde passe d'abord par la paix et l'harmonie entre les femmes et les hommes...

Rédigé par Olympe

Repost 0
Commenter cet article