Publié le 26 Janvier 2014

Le nouvel ordre sexuel

Dans Mythologies (que nous pouvons lire et relire tant il alimente avec intelligence nos réflexions sur le monde contemporain en les enracinant dans les processus socio-historiques récents) Roland Barthes nous parlait déjà du divorce accablant de la connaissance et de la mythologie. " La science va vite et droit en son chemin mais les représentations collectives ne suivent pas, elles sont des siècles en arrière, maintenues stagnante dans l'erreur par le pouvoir, la grande presse et les valeurs de l'ordre."

Il y a déjà plus de 50 ans que la science, par l'intermédiaire de la biologie et de la médecine, a permis aux femmes de maîtriser leur fécondité en mettant au point la pilule contraceptive qui sépare la sexualité de la reproduction, et presque 40 ans que la loi française autorise les interruptions médicalisées de grossesse (rappelons qu'avant cette date, et dans les pays où l'avortement est interdit, les interruptions de grossesse clandestines causent des milliers de décès) . Ce qui devrait apparaître comme un immense progrès pour l'humanité - devenue capable de maîtriser sa procréation et d'en faire un acte de volonté désirante et lucide et non plus de la subir - éventuellement comme une punition divine ou une servitude naturelle, est encore combattu par des forces réactionnaires et archaïques. Sans doute parce que cette liberté nouvelle s'adresse d'abord aux femmes auxquelles elle permet de choisir leur vie et non plus de la subir sous domination masculine. Nombre d'hommes se sentent plus ou moins consciemment touchés dans leur puissance virile en autorisant les femmes à décider elles-mêmes de leur vie alors que depuis si longtemps elles se trouvaient sous leur domination parfois totale - que ce soit par le mariage, le viol ou la prostitution. De plus, nul ne leur demandait généralement de compte sur les grossesses accidentelles dont ils pouvaient abandonner le fardeau, l'angoisse et l'opprobre sur les femmes, jusqu'à ce que la science mette au point les tests ADN - auxquels ils sont encore nombreux à ne pas devoir se soumettre.

A ce propos, celles et ceux qui ne l'auraient pas encore vu, peuvent découvrir le très beau et poignant film "Sarajevo, mon amour" de Mirjana Karanovic, Ours d'or à Berlin en 2006.

Après le rejet par le parlement européen en décembre dernier de la proposition de loi de la députée du parti socialiste portugais Edite Estrela - présidente la commission pour les droits de la femme et l'égalité des genres - qui réclamait, pour les femmes, un accès généralisé à la contraception et à des services d'avortement sûrs, nous voyons l'hypocrisie et l'obscurantisme se réveiller un peu partout en Europe et nous faire craindre des régressions pour les droits des femmes. Cette vague conservatrice déferle sur l'Europe au détriment de la volonté d'émancipation qui donne à chaque être humain la possibilité de développer toutes ses qualités et ses compétences dans le respect de sa sensibilité et de sa personnalité - qu'il naisse fille, garçon ou intersexué (les variations chromosomiques sont plus fréquentes que ne le pensent certains, et ne devraient vouer personne à l'opprobre).

On voit aussi en ce moment une fraction conservatrice voire réactionnaire de la société française s'ingénier à combattre les travaux sur le genre qui conduisent à des revendications pour plus d'égalité entre les hommes et les femmes. Une pensée magique et des stéréotypes archaïques sont conjugués pour interdire l'accès aux femmes à une liberté égale à celle des hommes dans la société - que ce soit dans leur profession et leur choix de vie sociale et amoureuse. La "nature" leur dictant une place depuis la nuit des temps, elles ne sauraient en bouger sans remettre en question l'ordre social.

Cette émancipation de l'humain se construit dès la petite enfance, et passe d'abord par l'apprentissage de ce que l'on peut appeler l'ABCD de l'égalité - tel que les écoles maternelles commencent à le mettre en oeuvre, et contre lequel certains mouvements traditionnalistes tentent de s'opposer - au nom d'une pseudo naturalité et complémentarité des deux sexes qui nie toute la complexité de la nature psychique et psychologique de chaque être humain.

http://www.cndp.fr/ABCD-de-l-egalite/accueil.html

Le "moi" sexué et genré se construit en fonction du milieu familial et culturel où l'enfant naît et interagit. Pour y réfléchir sereinement je vous invite à lire le livre de Serge Hefez, "Le nouvel ordre sexuel - pourquoi devient-on fille ou garçons ?" - le livre de poche n° 33 107. Construire un nouvel ordre sexuel est l'enjeu de notre civilisation, une civilisation qui s'enorgueillirait de ne laisse personne au bord de la route ou l'autre côté du mur, ou derrière des barreaux. Il n'est pas sûr que l'ordre mondial prenne cette direction actuellement !

Serge Hefez permet à la fois de dépassionner le débat et d'en comprendre les enjeux, ce qui n'est pas toujours le cas des débats médiatique consacrés à ces questions. L'auteur nous permet de saisir clairement la complexité de chaque construction humaine en faisant appel aussi bien à la physiologie, à la psychanalyse, à la biologie ou à l'histoire pour nous rappeler combien certains stéréotypes et préjugés relatifs à la place des hommes et des femmes dans la société sont liés à un espace social et culturel - géographique ou historique.

La question de l'égalité entre tous les humaines - quel que soit leur sexe - dans tous les aspects de la société, est un enjeu majeur de l'avenir de l'humanité et non pas un problème annexe qui serait réglé quand des problèmes majeurs seraient maîtrisés. Une autre lecture de ces problèmes peut nous amener à postuler que si tous les pouvoirs étaient partagés par les femmes et les hommes - que les décisions économiques, sociales et culturelles les concernant tous les deux étaient prises en commun, partout le monde en serait transformé.

Si chaque être humain avait la possibilité de s'exprimer et d'être reconnu avec sa force et sa faiblesse, sa sensibilité, sa créativité et son intelligence, ses peurs et ses doutes, et non pas de se transformer en caricature de guerrier inaltérable et tout puissant ou en mère dévouée ou en femme soumise ou séductrice, le monde serait peut-être un peu moins à feu et à sang au propre et au figuré !

Pour défendre le droit femmes à disposer de leur corps comme un enjeu majeur de notre civilisation,

je vous invite tous et toutes à manifester le samedi 1er février.

à la fois en soutien aux espagnoles, mais aussi pour nous-mêmes car tout ce qui a été fait peut être défait, là-bas comme ici. L'égalité femmes/hommes est une réalité encore trop fragile à l'échelle mondiale, elle a besoin d'être protégée fermement et encouragée fortement dans les pays où elle est mise en œuvre (et dans les autres aussi).

Pour terminer sur une note plus joyeuse je vous invite à découvrir le très bel album de Catel, autrice de bandes dessinées, qui vient de recevoir le prix Artemisia pour sa bio-graphie de Benoît Groult, "Ainsi soit Benoîte Groult". Catel nous avait déjà livré une biographie d'Olympe de Gouges, cette fois-ci elle a choisi de nous offrir la biographie d'une grande féministe vivante ! C'est en la côtoyant pendant deux ans et avec des heures d'échanges que Catel a nourri son imagination créatrice pour réaliser cette biographie d'une grande dame du féminisme, dont le très mythique "Ainsi soit-elle", écrit en 1975 n'a malheureusement pas pris une ride. Offrez donc cette bande dessinée aux jeunes filles, aux jeunes femmes - et à leur compagnons - pour leur faire toucher du doigt l'actualité de la défense du droit des femmes, le plaisir de la sororité, les vaisseaux du coeur, les joies de la liberté et la jubilation de l'intelligence. N'hésitez pas à y ajouter une édition d' "Ainsi soit-elle" !

Pour ceux et celles qui préfèrent une bande dessinée plus traditionnelle dans son format d'album, et radicalement humoristique, je vous invite à découvrir Savoir-vivre ou mourir, le livre de Catherine Meurisse qui croque avec humour les enseignements dispensés à l'académie du savoir-vivre de la baronne Nadine de Rothschild, à l'usage d'un certain (autre) monde...

http://boutique.charliehebdo.fr/edition-les-echappes/savoir-vivre-ou-mourir.html

Voir les commentaires

Rédigé par Olympe

Repost 0